Sport

Jeux Olympiques : interdit de crier

Malgré l’épidémie de Covid-19, le Japon (Asie) a tenu à organiser les Jeux olympiques. De nombreuses règles pas très sympas pour les athlètes et le public ont été mises en place.

Article écrit le 05 mars 2021 à 07h00 par Marie Vancaeckenbergh. Temps de lecture :
Un jeune couple fait un selfie devant les anneaux olympiques à Tokyo (Japon). AFP

Les Jeux olympiques de Tokyo auraient dû avoir lieu en 2020. Le Japon les a décalés d’une année et a voulu les maintenir, malgré l’épidémie de Covid-19 qui continue de frapper la planète. La compétition doit se tenir du 23 juillet au 8 août prochain, mais elle ne ressemblera pas aux JO que nous avons connus.

En silence

Le relais de la flamme olympique aura bien lieu. Il débutera le 25 mars prochain à Fukushima, une ville située au centre du Japon et se terminera 121 jours plus tard à Tokyo. Mais il sera beaucoup plus silencieux que par le passé. Durant tout le parcours de la flamme, les cris ne seront pas autorisés. Les spectateurs venus encourager les athlètes pourront simplement applaudir, masque sur le nez. Les autorités prévoient également d’interdire le public dans les zones du pays les plus touchés par l’épidémie.

De plus petites cérémonies

Les cérémonies d’ouverture et de clôture des JO risquent elles aussi d’être perturbées. Le Comité international olympique craint que ces deux événements n’aident le virus à se propager. D’habitude, les 11 000 athlètes qui participent aux JO sont invités à défiler au début et à la fin de la compétition. Cet été, ils ne devraient être que 6000.

Rien que du sport

Tous les sportifs ont reçu de nombreuses consignes à respecter. Ils devront se faire tester avant leur arrivée au Japon et tous les quatre jours une fois dans le pays. Leurs déplacements sur le territoire devront être très limités. Pas question de se rendre dans un restaurant, un bar ou un centre commercial. Interdiction aussi de prendre les transports en commun ou de se réunir en dehors des entraînements et des épreuves.

Des JO sans public ?

Les autorités japonaises pourraient interdire l’accès aux spectateurs venus d’autres pays. Mais pour le moment, rien n’est fixé. Le gouvernement et le Comité international olympique doivent rendre leur décision d’ici la fin du mois.