Sport

Vendée Globe : Jérémie Beyou à nouveau en course

Le navigateur français Jérémie Beyou, reparti mardi des Sables-d’Olonne (Vendée), est de retour dans la course du Vendée Globe 2020.

Article écrit le 21 novembre 2020 à 07h00 par Edith Alberts. Temps de lecture :

Ému et heureux

Jérémie Beyou a cru devoir abandonner en raison de plusieurs casses sur son bateau. Mais c'était sans compter sur son équipe Charal. C'est une vraie course contre la montre qu'ont remportée les techniciens pour réparer en 3 jours le bateau sérieusement endommagé. « Je suis content d’avoir réussi à me remettre moi en route, parce que ce n’était pas drôle de faire demi-tour, de voir les autres filer à 20 nœuds dans les alizés. Un grand merci à toute mon équipe et tous les gens qui m’ont supporté », a déclaré Jérémie avant d'embarquer. Le skipper a pu reprendre la mer mardi pour cette 9e édition du Vendée Globe. 

Nœud : unité de mesure de la vitesse utilisée en navigation en mer et dans les airs. Un nœud est égal à un mille marin par heure, soit 1,852 km/h. 
Alizés : vents permanents des régions situées entre les Tropiques. Ils soufflent du nord-est au sud-ouest dans l'hémisphère Nord et du sud-est au nord-ouest dans l'hémisphère Sud. Leur vitesse moyenne est d'environ 5 mètres par seconde. Ce sont des vents très utiles pour la marine à voile qui se sert de leur puissance et de leur direction pour traverser l'océan Atlantique ou l'océan Pacifique oriental. 
Skipper : navigateur.

Fini les rêves de victoire

« Voilà, c’est parti », a-t-il lancé, en essuyant une larme, à bord de son voilier volant. Avec 9 jours de retard sur les premiers, il a passé pour la seconde fois la ligne de départ au large des Sables-d’Olonne (Vendée), accompagné par quelques bateaux et sous un soleil couchant. « J'ai juste envie de ne plus réfléchir. Ce qui me motive, c'est d'avoir réussi à me remobiliser. Et prendre le départ, c'est une petite victoire. Après, j'espère qu'il y en aura plein d'autres au fur et à mesure de ma progression. Mais lesquelles ? Je ne peux pas dire, je pars un peu à la découverte », a-t-il affirmé. 

Ecoute l'émission de "Vendée Globe Trotteurs", flash info bihebdomadaire réalisé par les élèves de la classe de CM2 de l'école André Malraux à Rabat (Maroc).

Top 5 ?

Jérémie Beyou avance à petits pas. « Quand on pense à Jérémie, on pense "projet gagnant", a commenté le skipper Yann Eliès (deux participations au Vendée Globe). Quand on le connaît, plein d’énergie et qui rêve de remporter le Vendée Globe pour la quatrième fois… De le voir s’élancer dans une nouvelle aventure, je me mets à rêver d’une remontée fantastique pour lui : un top 5 voire un podium… Soyons fous ! »

Au 11e jour de course

Il n’y a qu’un seul abandon, celui de Nicolas Troussel (Corum L’Epargne) après un démâtage lundi au large du Cap-Vert (Afrique). Sans mât, impossible de continuer à naviguer. Ce dernier a rejoint, jeudi soir, le port de Mindelo, après 3 jours de navigation au moteur. Le leader du Vendée Globe Alex Thomson (Hugo Boss) continue la course en tête devant Thomas Ruyant (LinkedOut) et Charlie Dalin (Apivia). En toute fin de flotte, Jérémie Beyou (Charal), fait son «bonhomme de chemin».

Démâtage : lorsque le mât se casse.

A lire également

✔️ Jérémie Beyou doit faire demi-tour ➡️ ICI
✔️ Jérémie Beyou rêve de victoire ➡️ ICI

La rédaction du JDE suivra le navigateur et fera un point toutes les semaines sur la course du Vendée Globe. Pour suivre le skipper : https://www.jeremiebeyou.com/

Lire le JDE de la semaine