Sport

Les folles épreuves du ski alpin

La Coupe du monde de ski alpin a débuté samedi 17 octobre à Sölden, en Autriche. Descente, super G, slalom géant et slalom, toutes ces courses sont au programme de la compétition à laquelle participent 11 Français. Le JDE t’explique chacune d’elles.

Article écrit le 23 octobre 2020 à 07h00 par M. V.. Temps de lecture :
La Française Tessa Worley en pleine descente du slalom géant à Solden (Autriche) le 17 octobre dernier. (AFP)

La descente

C’est l’épreuve reine du ski alpin. Reine, parce que c’est la plus impressionnante. Elle est plus longue, plus risquée et plus rapide que les autres. Les skieurs doivent glisser à toute allure pour la remporter. Le record de vitesse sur une épreuve de descente est de 161 km/h. C’est plus rapide qu’une voiture sur l’autoroute !

Le super G

C’est la deuxième épreuve la plus rapide en ski alpin après la descente. On l’appelle le super G pour “super giant slalom” (le slalom super géant, en français). Le super G est une épreuve qui ressemble beaucoup à la descente. Mais le parcours est moins long et moins pentu (incliné). En revanche, il y a plus de virages.

Le slalom géant

Il se dispute en deux manches contrairement aux deux premières épreuves. Les skieurs doivent dévaler une longue pente aux virages assez larges. Tout est une question d’équilibre. Ils doivent faire attention à leur vitesse pour ne pas risquer de tomber quand ils tournent à gauche ou à droite. 

Le slalom

Plus courte que le slalom géant mais plus technique, cette épreuve demande beaucoup de souplesse et d’agilité aux skieurs. Les virages sont très serrés et très rapprochés. Il y en a entre 55 et 75 pour les hommes et entre 40 et 60 pour les femmes. Les skis ne doivent surtout pas se prendre dans les piquets derrière lesquels les skieurs doivent passer. Sinon, gare à la chute ! 

Pour retrouver le calendrier et les résultats de la Coupe du monde de ski alpin, clique ICI

Et le combiné ?

Tu as peut-être déjà entendu parler de cette épreuve, appelée le “combiné” ou le “super-combiné”. Elle se fait en deux parties. Les skieurs commencent par faire une descente ou un super G. Puis, ils s’affrontent sur un slalom. Le vainqueur est celui qui aura été le plus rapide sur les deux courses.

Mais pas de combiné pour la Coupe du monde de cette année. La Fédération internationale de ski a décidé de retirer cette discipline du calendrier, à cause du Covid-19. Il faudra attendre les championnats du monde, qui débuteront au mois de février 2021, pour voir cette compétition sur les pistes.

Dommage pour Alexis Pinturault qui est très bon dans cette spécialité. À 29 ans, le favori des skieurs français a déjà remporté 5 victoires pour cette épreuve sur les 22 qu’il compte dans son palmarès. Réussira-t-il à triompher dans les autres disciplines ?

Le Français Alexis Pinturault. (AFP)
Le Français Alexis Pinturault. (AFP)
Lire le JDE de la semaine