Sciences

Doit-on faire tomber la pluie sur commande ?

Comment peut-on décider quand et où la pluie va tomber ? Depuis quand cette technique existe-t-elle ? Faut-il interdire l’usage de cette technologie ? Le JDE te répond.

Article écrit le 16 mars 2023 à 00h18 par Julie Tassetti. Temps de lecture :
Photo iStock

Comment peut-on décider quand et où la pluie va tomber ?

Cela s’appelle l’« ensemencement » des nuages. D’abord, il faut repérer ceux qui contiennent énormément d’eau. Ensuite, il s’agit de les viser avec un canon pour envoyer à l’intérieur des substances chimiques capables de faire grossir les gouttelettes. Celles-ci deviennent plus lourdes et tombent : il pleut !

Depuis quand cette technique existe-t-elle ?

Les premières expériences datent de 1946, aux États-Unis. L’armée américaine a contribué à développer l’ensemencement des nuages. Elle l’a notamment utilisé durant la guerre du Vietnam, pour inonder les pistes suivies par ses ennemis. Depuis 1978, l’emploi de cette technique est interdit durant les guerres. Mais aucune règle n’existe en temps de paix.

Quel est le projet de la Chine ?

Une cinquantaine de pays commandent les chutes de pluie. Mais c’est la Chine qui détient le record d’ensemencement des nuages. Elle s’en sert depuis 1958, pour lutter contre les sécheresses et les incendies de forêts, mais aussi éviter les dégâts causés par la grêle, en faisant tomber la pluie avant que les gouttes ne se transforment en glaçons. La Chine utilise des outils de plus en plus efficaces et précis, comme les drones.

Elle a annoncé que, d’ici à 2025, elle serait capable de contrôler la pluie sur plus de la moitié de son territoire, soit 1,5 fois la surface de l’Inde.

Pourquoi cela pose-t-il problème ?

L’ensemencement des nuages ne permet pas d’augmenter beaucoup les quantités d’eau. En revanche, c’est un moyen de faire tomber la pluie à un endroit plutôt qu’à un autre. Cela inquiète plusieurs pays, notamment l’Inde, voisine de la Chine. Cette dernière veut particulièrement dominer les nuages au Tibet. Dans cette région montagneuse, de nombreux cours d’eau prennent leur source. Certains coulent ensuite jusqu’en Inde. Celle-ci craint que les actions de la Chine ne la privent de pluie ou, au contraire, provoquent des inondations. Entre des pays qui ne s’entendent pas, l’ensemencement des nuages peut aggraver les tensions. Par exemple, en 2018, en pleine sécheresse, l’Iran avait accusé Israël de lui « voler » ses nuages et donc la pluie.

Faut-il interdire l’usage de cette technologie ?

Non, car elle a une utilité, notamment pour protéger les cultures des orages de grêle. Mais il serait bon de mettre en place des règles afin d’éviter que l’ensemencement des nuages ne devienne une source d’affrontement entre des États. Il y a également la question des produits chimiques envoyés dans les nuages, qui retombent et pourraient polluer les sols. Ces sujets seront sans doute évoqués lors de la Conférence sur l’eau des Nations unies, qui doit se tenir à New York (États-Unis) du 22 au 24 mars.

Lire le JDE de la semaine
Newsletter. L’info simplement, pour vous et vos enfants

Inscrivez-vous sur la newsletter du Journal des Enfants. Chaque semaine, grâce au JDE, recevez les clés de l’info pour accompagner vos enfants.

Désinscription à tout moment. Protection des données