Monde

" On a laissé papa à Kiev "

Depuis le début de la guerre, de nombreux Ukrainiens ont fui vers les pays voisins. Ceux qui restent vivent dans la peur, se cachent pour échapper aux bombes et se préparent aussi à combattre.

Article écrit le 02 mars 2022 à 07h00 par Julie Tassetti. Temps de lecture :
Photo (c) iStock

Se mettre à l'abri

Dans les rues des villes ukrainiennes, depuis le 24 février, c'est le bruit des explosions et des sirènes d'alarme qui rythme la vie des habitants. Lorsque les sirènes retentissent, il faut courir se mettre à l'abri pour échapper aux bombes. Kiev, la capitale, compte 5 000 abris spéciaux, qui datent des guerres précédentes. Des milliers de personnes ont également trouvé refuge dans le métro. De nombreuses familles s'y installent pour passer la nuit en sécurité.

Trouver à manger

Dès le début de la guerre, les Ukrainiens se sont précipités dans les magasins pour faire des réserves. Les files se sont allongées devant les épiceries et les supermarchés, mais aussi les pharmacies et les banques. Les stocks de pain ont été rapidement épuisés. Les gens manquent de nourriture, d'eau, d'essence... « On peut tenir une semaine comme ça mais après, il n’y aura plus rien. Il faudra bien qu’on fasse des provisions », confie un habitant.

Résister

Beaucoup d'hommes et de femmes, qui ne sont pas des militaires, ont décidé de prendre les armes pour aider l'armée à défendre le pays. Des familles ont été séparées, comme celle de Mark. Le garçon a quitté la capitale avec sa maman. « On a laissé papa à Kiev, raconte-t-il. Il va vendre des affaires pour avoir de l’argent, aider nos héros, notre armée et peut-être se battre. »

De plus en plus de réfugiés

De jour en jour, le nombre d'Ukrainiens qui fuient leur pays augmente. Le 1er mars, ils étaient déjà plus de 660 000 à être partis en train, en voiture ou même à pied pour se réfugier dans les pays voisins, surtout la Pologne. Souvent, ils ont de la famille qui peut les héberger. Ils sont aussi des milliers à être dirigés vers des centres d'accueil où ils peuvent rester au chaud, se reposer, manger et être soignés si besoin.

La solidarité s'est organisée très vite en Europe. Plusieurs pays ont envoyé de l'aide : nourriture, médicaments, tentes… Et de nombreuses villes ont dit qu'elles étaient prêtes à accueillir des Ukrainiens. Ce mardi, les premiers réfugiés sont arrivés en France.

Lire le JDE de la semaine
L’info simplement, pour vous et vos enfants

Inscrivez-vous sur la newsletter du Journal des Enfants. Chaque semaine, grâce au JDE, recevez les clés de l’info pour accompagner vos enfants.

Désinscription à tout moment. Protection des données