Culture

Cinéma : la grande aventure avec Yakari

Le plus célèbre des jeunes Sioux débarque ce mercredi 12 août au cinéma, dans le film "Yakari, la grande aventure". Rencontre avec son réalisateur, Xavier Giacometti.

Article écrit le 12 août 2020 à 07h00 par Propos recueillis par Julie Tassetti. Temps de lecture :
Yakari avec Graine de bison et Arc-en-ciel, ses deux copains sioux. ©Bac Films

Quand avez-vous découvert la bande dessinée Yakari ?

« J’ai l’impression de l’avoir toujours connue ! Je suis fan de toutes les BD depuis tout petit. Avec mon frère, on revenait de la bibliothèque avec des sacs très lourds, remplis de bandes dessinées, et à la maison, on les dévorait ! On absorbait tout ça et c’était la découverte de tout un monde. »

Est-ce facile de transformer une BD en dessin animé ?

« Quand on m’a demandé, en 2005, d’adapter Yakari pour la télévision, j’étais très enthousiaste, mais aussi un peu inquiet. Car certaines choses sont très difficiles à animer, comme les chevaux par exemple. Dans Yakari, les animaux parlent mais ils gardent la façon de bouger des animaux. C’est une très grande difficulté. »

Et pour le cinéma, comment avez-vous fait ?

« Je suis reparti de zéro ! On a redessiné tous les personnages et les décors en 2D, sur papier ou sur tablette. Puis on a ajouté de la 3D. Le défi, c’était d’avoir des dessins plus riches en couleurs, et une belle lumière. On a même réussi à retrouver le trait de crayon de Derib, le dessinateur de la BD. C’est une prouesse technique ! »

Qui est Yakari, pour vous ?

« Yakari est avant tout un enfant. Il déborde d’enthousiasme et d’imagination, il a envie de faire des choses, d’avoir des amis. Et il n’a pas d’arrière-pensées, il ne fait jamais rien en attendant quelque chose en retour. Il suit son instinct. Mais il doit aussi respecter les règles de la tribu. La chose fondamentale, c’est le respect, de sa famille, de ses amis, des animaux, de la nature... »

Auriez-vous aimé vivre comme lui ?

« Je ne sais pas… Je pense que les tribus avaient une vie très dure. Mais ce qui me fascine, c’est l’harmonie entre l’être humain et la nature. Les Indiens ne laissaient quasiment pas de trace de leur passage : pas de routes, pas de murs en béton… C’est un peu un rêve, un paradis perdu. »

 

Une histoire d'amitié très forte

Le film revient au tout début de l’histoire de Yakari, avant qu’il connaisse Petit-Tonnerre et avant qu’il reçoive le don de parler aux animaux. Alors que sa tribu s’apprête à partir sur la trace des bisons, Yakari aperçoit un mustang (cheval sauvage) et il n’a plus qu’une idée en tête, l’approcher. Sa quête va l’entraîner à travers les plaines, jusqu’au territoire des terribles chasseurs à peaux de puma... Heureusement, Grand-Aigle, son animal totem, sera là pour veiller sur lui.

« Yakari, la grande aventure », est un très beau film d’animation. En suivant le petit Sioux, on traverse des paysages magnifiques et on rencontre des personnages drôles et émouvants. C’est une histoire d’amitié très forte et le film montre aussi que les Indiens vivaient le plus possible en harmonie avec la nature. Il nous rappelle combien il est important de protéger notre planète et de respecter tous les êtres vivants.

Le réalisateur Xavier Giacometti
Le réalisateur Xavier Giacometti
J.T.

Des petites cases au grand écran

Yakari est apparu pour la première fois en 1969, dans une bande dessinée de Derib (Claude de Ribaudière) et Job (André Jobin). Le premier a dessiné le personnage, le second a imaginé autour tout un univers et des tas d’aventures. Jusqu’en 2014, ils ont signé 38 albums.

Les tomes 39 et 40 ont été signés par Joris Chamblain et le tome 41, qui paraîtra en octobre, est écrit par Xavier Giacometti. Ce dernier a aussi signé une adaptation en dessin animé (qui compte 5 saisons), avant de porter Yakari sur grand écran, avec la complicité des créateurs Derib et Job.

J.T.
Yakari - Tome 41 : Yakari - Le fils de l'aigle, aux éditions Le Lombard, 10,95 €
Lire le JDE de la semaine