France

« Un bon discours, c’est comme une formule magique ! »

Clément Viktorovitch est docteur en sciences politiques. C’est un spécialiste des mots et il analyse tout ce que disent les femmes et les hommes politiques.

Article écrit le 29 mars 2022 à 00h15 par Propos recueillis par Caroline Gaertner. Temps de lecture :
Photo Radio France/C. Abramowitz
À quoi servent les discours ?
Un discours politique, cela sert à convaincre. En France, les gouvernants sont choisis par le peuple. Pas au hasard ou en fonction de leur look, mais sur les idées qu’ils défendent. Le discours vise à convaincre que son projet est le meilleur.
C’est un exercice d’écriture particulier ?
Un discours, c’est un texte écrit, très travaillé, qui va être prononcé devant un public. Il faut qu’il soit efficace et chaque phrase doit donner des arguments. Il doit permettre de convaincre en restant naturel. Certaines personnalités politiques ont des textes très écrits, comme Marine Le Pen ou Valérie Pécresse. D’autres, comme Jean-Luc Mélenchon, n’ont que quelques notes.
Est-ce que les politiques écrivent leurs discours ?
Une grande partie des politiques ont des “plumes”, des personnes qui rédigent les discours pour eux. Un discours, c’est rarement l’œuvre d’une seule personne. Mais, à la fin, il devient la parole de celle ou celui qui l’a prononcé. C’est son discours.
C’est quoi un bon discours ?
C’est presque une formule magique : un texte bien travaillé et bien prononcé. Il faut qu’il soit élégant, qu’il contienne des images bien trouvées… Cela fait un bon discours, mais pas un grand discours. Un grand discours, c’est un bon discours qui rencontre l’histoire. Comme quand Robert Badinter, en 1981, demande aux députés la fin de la peine de mort et réussit à les convaincre. Son discours a fait changer l’histoire. La France a abandonné la peine de mort.
Les mots ont-ils le même sens dans tous les discours ?
De nombreux mots ont plusieurs sens, qui sont autant d’armes pour les politiques. Ils utilisent des mots qui parlent à tout le monde, tout en disant quelque chose de différent à chacun. Si on dit “Je suis pour plus de justice”, tout le monde est d’accord. Mais plus de justice pour qui ? Les plus pauvres ? Seulement pour les Français ? Ces mots peuvent nous égarer, nous donner l’impression d’être d’accord avec quelqu’un alors qu’en réalité on ne sait pas ce que cette personne voulait dire.
Devrait-on apprendre à écrire des discours à l’école ?
Apprendre l’art de convaincre, c’est essentiel. Autour de nous, la publicité, nos parents, notre patron, cherchent à nous convaincre. Et puis la beauté de notre système, c’est que tout le monde a le droit de prendre la parole. On peut tous avoir besoin d’écrire un discours un jour.

Arguments : preuves, idées que l’on défend.

Écoute Clément Viktorovitch à 18 h 20 sur France Info, dans sa chronique « Entre les lignes »

Quand la prise de parole d'hommes et de femmes marque l'histoire du monde.

"La force des discours" aux éditions Gallimard Jeunesse, 18 €.
Lire le JDE de la semaine
L’info simplement, pour vous et vos enfants

Inscrivez-vous sur la newsletter du Journal des Enfants. Chaque semaine, grâce au JDE, recevez les clés de l’info pour accompagner vos enfants.

Désinscription à tout moment. Protection des données