France

Renaître après un attentat

Catherine Bertrand était dans la salle de spectacle du Bataclan, à Paris, le 13 novembre 2015. Des terroristes sont entrés et ont tiré sur la foule, faisant 90 morts.

Article écrit le 13 novembre 2020 à 07h00 par Propos recueillis par Caroline Gaertner. Temps de lecture :
Catherine Bertrand raconte aussi son expérience en dessins. Dessin C. Bertrand
Catherine Bertrand est l'auteur du livre "Chroniques d'une survivante" aux éditions de la Martinière.
Catherine Bertrand est l'auteur du livre "Chroniques d'une survivante" aux éditions de la Martinière.
Au moment de l’attaque, avez-vous compris ce qui se passait ?
Non, je n’ai pas compris. Mon cerveau n’a pas voulu que je comprenne. Je n’étais pas moi-même. C’est comme si mon instinct de survie s’était mis en marche. Je voyais ce qui se passait, mais je ne comprenais pas l’origine du problème. Je n’ai pas vu les terroristes.
Avez-vous eu peur ?
Je n’ai pas eu peur. Mon cerveau a coupé mes émotions. Je n’ai pas crié, pas pleuré. J’étais en mode robot. Puis je me suis “réveillée” dans une bousculade et j’ai couru jusqu’à ce que je n’en puisse plus. Et les émotions sont revenues très fort.
Vous arrivez à contrôler ces souvenirs ?
En 2016, l’année suivant l’attentat, ça a occupé beaucoup mes pensées. Mon cerveau était embrouillé. Les pensées m’envahis-saient le soir, avant d’aller me coucher. Avec le temps, j’arrive à mieux les contrôler, à les mettre de côté quand je suis dans un environnement calme. Dans la rue ou le métro, quand il y a du bruit, du monde, c’est plus difficile de contrôler mon cerveau.
Qui vous a aidée ?
Je suis allée dans un hôpital, on m’a donné des médicaments pour dormir, réduire mes peurs. Je suis suivie par des médecins avec qui je discute de ce que je ressens. J’ai des médicaments pour avoir une vie sans peur et sans idées noires.
Comment vous sentez-vous 5 ans après ?
Je suis une autre personne. Des fois je dis que j’ai 5 ans, comme si j’étais née à nouveau ce jour-là. Je me suis rendu compte de la valeur de la vie. Les problèmes de chaque jour semblent bien moins graves. Je me concentre sur des choses qui me tiennent à cœur. Je me suis lancée dans le dessin, j’ai publié un livre. Je me suis découverte, je me suis trouvée. Des tonnes de peurs ont disparu, d’autres sont venues.
Pourquoi allez-vous dans les classes rencontrer des élèves ?
Ils ont vu ce qui s’était passé à travers la télé. Je veux leur donner un vrai témoignage, qu’ils aient face à eux une personne concernée directement. Leur dire la vérité, pour casser les théories du complot. Je veux aussi leur transmettre un message positif : qu’ils comprennent que quand ça ne va pas, il faut savoir le dire et demander de l’aide. Si moi j’ai réussi, ils le peuvent aussi.

Que s'est-il passé le 13 novembre 2015 ?

Le 13 novembre 2015, au moins huit terroristes ont attaqué de façon simultanée [en même temps] plusieurs lieux de Paris. Cinq ans après, la France se souvient de ces terribles moments.

Au Stade de France

Entre 21h20 et 21h 53, trois explosions retentissent à proximité du Stade de France. 80 000 personnes sont présentes pour assister au match de football France-Allemagne. Les trois terroristes ne réussissent pas à pénétrer dans le stade. Ils déclenchent les bombes qu’ils portent sur eux à l’extérieur de l’enceinte. Un passant est tué.

Devant des restaurants

À 21h 25, un autre groupe d’attaquants tire sur des personnes qui mangent dans un bar et un restaurant du 10e arrondissement. La fusillade fait 15 victimes. Les terroristes poursuivent leur route. À 21h32, ils tirent sur un bar et un restaurant situés dans le 11e arrondissement. L’attaque fait 5 morts. Toujours à bord de la même voiture, ils arrivent ensuite devant une brasserie et ouvrent le feu sur les personnes installées à la terrasse. Bilan : 19 morts. A 21h40, un des terroristes se fait exploser devant la terrasse d’un café, place de la Nation. Une personne est grièvement blessée.

L'attaque au Bataclan

Un 3e groupe de terroristes attaque une salle de spectacle, le Bataclan. Il est 21h40 lorsque 3 hommes armés de fusils entrent dans la salle. Ils tirent sur le public venu écouter un concert de rock. Une prise d’otages commence. À 0h20, les policiers interviennent pour les libérer. Un terroriste est tué, les deux autres parviennent à activer leurs ceintures d’explosifs. 89 personnes sont tuées dans cette attaque, des dizaines d’autres blessées.

Ce sont les pires attentats que la France ait connus.

Lire le JDE de la semaine